Nord du Kosovo : la mise en scène d’une « catastrophe humanitaire »

| |

Pris en étau entre Belgrade et Pristina, les habitants de Mitrovica-nord font une fois de plus les frais des manipulations orchestrées par les dirigeants des deux pays. Le prétexte : les taxes imposées sur les produits serbes. En ville, les rayons des magasins se vident. Pourtant, rien de manque, il suffit de passer le pont en zone albanaise. Reportage.

Par Milica Čubrilo-Filipović Les rayonnages des épiceries sont clairsemés. Les produits laitiers frais se font rares, tout comme la charcuterie, la farine et quelques produits d’hygiène, dont les couches pour bébés. Dans trois magasins visités, la grand-mère avec sa fille cherche du yaourt pour son petit-fils de deux ans. « Jusqu’à il y a quelques semaines, malgré les taxes sur les produits serbes imposés par le gouvernement de Pristina, les biens passaient dans des petites camionnettes par des passages alternatifs », explique Ksenija Božović, vice-présidente de Serbie, démocratie, justice (SDP), le parti qu’Oliver Ivanović, opposant (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous