Nord du Kosovo : entre la Russie et l’Otan, le jeu risqué de Kurti et Vućič

| |

Depuis un an, le nord du Kosovo est redevenu le théâtre de fortes tensions entre Belgrade et Pristina, alimentées par les déclarations outrancières des deux parties. La guerre en Ukraine fait même craindre le retour d’un conflit armé. Une désescalade est-elle possible ? Entretien avec l’analyste Agon Maliqi.

Propos recueillis par Belgzim Kamberi Agon Maliqi est analyste politique, activiste libéral et auteur basé à Pristina. Il est le co-fondateur de Sbunker, un site d’actualités et d’idées en langue albanaise qui donne la parole à une jeune génération d’universitaires, d’écrivains et d’activistes des Balkans occidentaux. Courrier des Balkans (CdB) : Les récents événements dans le nord du Kosovo donnent l’impression de la potentielle résurgence de conflits armés dans les Balkans. Y-a-t-il une vraie possibilité d’escalade ? Agon Maliqi (A.M.) : Le potentiel d’actions déstabilisatrices est élevé dans la région, mais il existe également de puissants (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous