Boutique de Noël • la sélection cadeaux du Courrier des Balkans

C’est bientôt Noël et Le Courrier des Balkans a pensé à vous. Achetez sur notre boutique en ligne notre sélection soigneusement préparée, notamment de romans et de beaux livres balkaniques. Littérature, albums jeunesse, essais et même un superbe disque vinyle... Il y en a pour tout les goûts. Joyeuses Fêtes !


ATTENTION, ATTENTION ! Pour être livrés à temps à Noël, passez vos commandes avant dimanche soir, en privilégiant un règlement par CB (les virements et chèques arrivent en décalé, nous ne pouvons donc pas garantir la livraison) !


Nos coups de coeur

Bekim Sejranović, Ton fils Huckleberry Finn, traduit par Chloé Billon, éditions Intervalles, Paris, 376 pages, 22,90 euros

Ton fils Huckleberry Finn est une odyssée fluviale de 24 heures à la recherche d’un père introuvable. Un père qui a voulu bien faire en revenant d’Australie pour passer un peu de temps avec son fils sur la Save, ce cours d’eau mythique des Balkans.

Déclaration d’amour immature à une rivière fantasmée et à un pays disparu, récit expérimental et hallucinatoire d’un documentaire en train de se déliter, réflexion sur l’exil et sur les malentendus intergénérationnels, Ton fils Huckleberry Finn embarque son lecteur dans un voyage à l’ironie douce-amère. Une sorte de Lost in la Sava facétieux et jubilatoire.

  • Bekim Sejranović, Ton fils Huckleberry Finn, Éditions Intervalles, Paris, 376 pages, 22,90 euros
  • Prix : 22.90 €
  • En savoir +

Jugoton Funk Vol. 1 • A Decade Of Non-Aligned Beats, Soul, Disco And Jazz (1969-1979), Everland / Croatia Records, 2020, double LP édition limitée (21 titres), 30 euros

Jugoton Funk Vol.1, c’est l’histoire d’une scène musicale méconnue, protéiforme, dont le son suinte le groove. Cette anthologie vient combler un véritable manque : jusqu’à présent, aucune compilation n’avait pu être consacrée à ce répertoire dont personne ou presque ne soupçonnait l’existence hors des frontières des Balkans.

Fouinant depuis des années les bacs poussiéreux de tout l’espace post-yougoslaves à la recherche de trésors oubliés, les deux sélecteurs Dr Smeđi Šećer & Višeslav Laboš nous offrent une incroyable virée sous la boule à facette autogestionnaire. En pattes d’eph et col pelle à tarte et avec une qualité sonore exceptionnelle : tous les morceaux ont été soigneusement remasterisés à partir des bandes originales. Double vinyle en édition limitée.

  • Jugoton Funk vol. 1 - A Decade Of Non-Aligned Beats, Soul, Disco And Jazz 1969-1979 (1969-1979) Everland / Croatia Records, 2020, double LP édition limitée (21 titres), 30 euros
  • Prix : 30.00 €
  • En savoir +

Kapka Kassabova, L’écho du lac, éditions Marchialy, Paris, 480 pages, 22 euros

« Dans notre lignée de femmes, je représente la quatrième génération à émigrer. » C’est pour rompre cette spirale de l’exil que Kassabova se rend aux sources de son histoire maternelle, les lacs d’Ohrid et Prespa, les deux plus anciens lacs d’Europe. Elle parcourt leurs rives, grimpe les montagnes alentour, se baigne dans leurs eaux et, au gré de ses rencontres – gardien d’église troglodyte, guide ou pêcheur –, collecte les histoires agitées de cette région des Balkans située à cheval entre la Macédoine du Nord, l’Albanie et la Grèce. Tous ses habitants sont issus de familles qui ont été à un moment donné dispersées, que ce soit à cause de la chute de l’Empire ottoman, des guerres ou des régimes autoritaires. Tous ont hérité d’une façon ou d’une autre de l’histoire de leurs ancêtres.

  • Kapka Kassabova, L'écho du lac, Éditions Marchialy, Paris, 480 pages, 22 euros
  • Prix : 22.00 €
  • En savoir +

Désobéissantes, nouvelles féministes de Roumanie, Belleville Éditions, 2021, 186 pages, 21 euros

Libres, indociles et indépendantes : les Désobéissantes font voler en éclats les préjugés ! Ces histoires féministes d’Europe de l’Est, inspirées de faits et personnages réels, dressent des portraits de femmes qui ont brillé. Comme Vera Atkins, l’espionne qui a participé au débarquement en Normandie en 1944 et a reçu la Légion d’honneur ; ou bien Simona Halep, grande joueuse de tennis, classée numéro 1 mondiale en 2018 ; mais aussi Lizica Codreanu, à l’avant-garde de la danse contemporaine, qui a ouvert l’un des premiers centres de yoga à Paris en 1938 ; et encore Diana Dragomir, astronome-physicienne qui a découvert une planète, merci du peu ! Parmi tant d’autres… À travers des récits pleins de poésie et superbement illustrés par une dizaine d’artistes roumaines, nous est contée une nouvelle vision, plus intime et plus à l’est, de l’histoire de la femme, qu’elle soit artiste, entrepreneuse, exploratrice, qu’elle décide d’écrire ou encore d’escalader l’Everest, toujours en réinventant son destin et sans se soucier de ce que peuvent en penser les hommes, les femmes, la société.

  • Désobéissantes, Belleville Éditions, 2021, 186 pages, 21 euros

Des romans

Dubravka Ugrešić, Baba Yaga a pondu un oeuf, Christian Bourgois, 2021, 448 pages, 23,5 euros

La couverture vous fait un clin d’œil. C’est quoi cet œuf d’où sort une langue avec un grumeau ? Vous approchez et cela ne vous dit vraiment rien. Vous ne connaissez pas l’auteur, vous ne connaissez rien à la langue croate, jamais entendu parler des Baba Yaga. Enfin, un tout petit peu dans des contes russes que vous avez lu il y a bien longtemps… Mais pourquoi celle-là a-t-elle donc pondu un œuf, décoré comme un œuf de Pâques ?

Au lieu de tourner l’ouvrage dans tous les sens comme une poule qui découvre un couteau, une seule solution pour résoudre l’énigme : acheter et lire le livre le plus vite possible. D’abord parce que la folle virée de trois vieilles, plus moches l’une que l’autre, dans une station thermale, transformée en luxueux spa extravagant, va vous faire rire aux larmes. Avez-vous jamais rêvé d’un bain au chocolat chaud ? D’être massée par un eunuque turc de carnaval ? De faire sauter la banque au casino ? De claquer du fric sans compter ? De jurer comme un charretier sans retenue ? Vous en avez rêvé ? Pupa, Beba et Kukla l’ont fait.

Maria Stefanopoulou Athos le forestier, éditions Cambourakis, Paris, 300 pages, 12 euros

Le 13 décembre 1943, une tragédie a frappé la ville de Kalavryta : en représailles aux actions des résistants grecs, les soldats allemands ont assassiné tous les hommes présents. Parmi eux, Athos est laissé pour mort. Afin de surmonter son traumatisme, il se réfugie dans la forêt, qu’il ne quittera plus qu’à de très rares occasions, laissant sa femme et sa fille dans le doute quant à sa disparition. Sa présence planera comme une ombre sur les trois générations de femmes de sa descendance, chacune oscillant entre la volonté d’en savoir davantage sur cet homme qu’elles ont peu ou pas connu, et celle d’oublier, pour se consacrer aux vivants.

Dans son premier grand roman, récompensé par le prix de l’Académie d’Athènes, Maria Stefanopoulou convoque l’Histoire en mettant en regard les conséquences de la catastrophe historique et la vie dans la forêt garante de la liberté. Avec virtuosité et une impressionnante compréhension de l’âme humaine, elle bâtit ce bouleversant récit qui interroge la transmission des mythes et de la mémoire.

• Jurica Pavičić, L’eau rouge, Agullo, 2021, 358 pages, 22 euros

Dans un bourg de la côte dalmate, en Croatie, Silva, 17 ans, disparaît lors de la fête des pêcheurs. C’est un samedi de septembre 1989, dans la Yougoslavie agonisante. L’enquête menée par l’inspecteur Gorki Šain fait émerger un portrait de Silva plus complexe que ne le croyait sa famille : la lycéenne scolarisée à Split menait-elle une double vie ? Mais l’Histoire est en marche, le régime de Tito s’effondre, et au milieu du chaos, l’affaire est classée. Seule la famille de Silva poursuit obstinément les recherches...

  • Jurica Pavičić, Agullo, Villenave d’Ornon, 2021, 358 pages, 22 euros
  • Prix : 22.00 €
  • En savoir +

Les grands classiques

Branimir Šćepanović, Une mer blanche et silencieuse, éditions Noir sur Blanc, Paris, 25 euros, 560 pages

Tous les lecteurs se souviennent de l’hallucinante chasse à l’homme de La Bouche pleine de terre qui avait révélé le nom de Branimir Šćepanović au public français. D’un livre à l’autre, le talent de Šćepanović s’est imposé à ses innombrables lecteurs. Maître du récit court, de la narration condensée riche en symboles, Šćepanović, tel un prophète de l’Ancien Testament, révèle à l’homme sa nature tragique et risible au travers de fables allégoriques. Les quinze nouvelles inédites de la présente édition prouvent une fois de plus le talent inégalé de ce géant de la littérature universelle et intemporelle. « Les livres de Branimir Šćepanović se révèlent des concentrés où de sombres firmaments se mêlent à des lambeaux de ciels crépusculaires. » (Linda Lê, extrait de la préface)

  • Branimir Šćepanović, Une mer blanche et silencieuse, Éditions Noir sur Blanc, Paris, 25 euros, 560 pages
  • Prix : 25.00 €
  • En savoir +

Miloš Tsernianski, Le roman de Londres, éditions Noir sur blanc, Paris, 2021, 728 pages, 27 euros

« J’ai écrit ce roman à Finchley, dans la banlieue de Londres, en 1946-1947. À une époque où ma femme et moi étions très proches du suicide. »

Texte d’une modernité étourdissante et au lyrisme enivrant inspiré par l’expérience de son auteur, Le Roman de Londres suit le destin d’un couple russe exilé à Londres après la Seconde Guerre mondiale. Errant dans une ville qui les ignore, le prince Repnine et son épouse Nadia s’efforcent d’exister dans le désespoir de l’inappartenance. Dès le début se dessine la terrible voie que le prince compte emprunter pour échapper au désespoir. Cette fatalité détermine le cours de ce roman épique, rappelant la difficulté de l’homme à vivre dans la confusion de l’époque contemporaine. Livre de toutes les personnes déplacées et portrait d’une ville tentaculaire, Le Roman de Londres est aussi un roman d’amour poignant et une réflexion profonde sur le libéralisme effréné.

Nikos Kavvadias, Journal d’un timonier et autres récits, Signes et balises, traduit du grec par Françoise BIenfait, 2018, 112 pages, 12 euros

Nikos Kavvadias (1910-1975) est l’auteur d’un unique roman, Le Quart, d’inoubliables nouvelles comme Li, marin amoureux. Poète rêveur triste et émerveillé, c’est le Blaise Cendrars de la littérature grecque du XXe siècle.

Dès ses vingt ans, il publiait dans des revues les textes où se lisent déjà les thématiques qu’il a développé dans toute son œuvre : l’inconnue à qui l’on écrit du bord que l’on ne quitte pas, les heures de quart qui s’étirent, les typhons des eaux du Pacifique, des pastilles tantôt grises, tantôt colorées sur les villes que l’on aperçoit depuis la passerelle – Marseille, Port Saïd, Argostoli.

Inédits en français, ces écrits de jeunesse sont à présent disponibles, dans une traduction de Françoise Bienfait (traductrice de Dimitris Sotakis, Gazmed Kapllani), postfacée par Gilles Ortlieb.

  • Nikos Kavvadias, Journal d'un timonier et autres récits, éditions Signes et balises, Paris, 2018, 112 pages, 12 euros
  • Prix : 12.00 €
  • En savoir +

Zivko Cingo, Paskvelija, aux quatre vents de Macédoine, Non Lieu, Paris, 2021, 188 pages, 15 euros

Il n’est pas besoin de connaître l’histoire des Balkans pour circuler à travers les nouvelles de Paskvelija. Les faits historiques et politiques n’apparaissent que furtivement, dans l’arrière-plan des nouvelles. En revanche les composantes du paysage de Paskvel, ses jardins, sa rivière, la colline et l’horizon qui s’ouvre sur le lac se retrouvent systématiquement. Le vent est aussi omniprésent, vent tiède de printemps, vent aigre d’hiver, tourmentes épiques. Un temps de l’année est évoqué avec une insistance toute particulière : le passage incertain entre l’hiver et le printemps, le premier redoux, la neige qui fond... Autant d’élément naturels qui font échos aux coeurs des hommes...

  • Zivko Cingo, Paskvelija, aux quatre vents de Macédoine, Éditions Non Lieu, Paris, 2021, 188 pages, 15 euros.
  • Prix : 15.00 €
  • En savoir +

Laza Lazarević, Au puits. Scènes de la vie serbe, Éditions Ginkgo, 2020, 160 pages, 9 euros

Une jeune épouse qui refuse de se plier aux règles de sa nouvelle zadrouga, ces communautés familiales élargies de Serbie, un soldat amputé qui revient de la guerre contre les Turcs et qui est accueilli par son père, une jeune fille qui part faire des études dans la capitale et fait la fierté de son village, un père qui sombre dans la spirale du jeu au désespoir de sa famille,... Autant de « scènes de la vie serbe » que restituent merveilleusement ces cinq nouvelles de Laza Lazarević, un des auteurs les plus chers aux cœurs des Serbes, qui fit découvrir à l’Occident ce pays mystérieux, depuis peu délivré du joug ottoman.

  • Laza Lazarević, Au puits, Scènes de la vie serbe, traduit du serbe par Alain Cappon, Éditions Ginkgo, 2020, 160 pages, 9 euros.

Photos et livres illustrés

• Christos Chryssopoulos, Athènes - Disjonction, Signes et balises, traduit du grec par Anne-Laure Brisac, Paris, 2016, 96 pages, 14,50 euros

Athènes, ville en crise, ville humaine, et trente-cinq photographies pour en explorer les bas-fonds, les parkings abandonnés, les bureaux souterrains. Mais Athènes-Disjonction, c’est aussi Athènes mise au grand jour, avec ses lumières, ses mouvements de foule et ses façades. Les photographies sont autant d’instantanés d’une ville en contradiction. Avec inquiétude, mais non sans tendresse, Christos Chryssopoulos nous découvre la ville jusque dans ses souterrains. La nature sauvage coexiste avec le béton, il y a de la poésie dans les terrains vagues.

  • Christos Chryssopoulos, Athènes - Disjonction,éditions Signes et balises, Paris, 2016, 96 pages, 14,5
  • Prix : 14.50 €
  • En savoir +

• Sarajevo, photographies de Milomir Kovačević, Actes Sud/ Photo poche, 2012, 144 pages, 13 euros

1992 rend la ville de Sarajevo tristement célèbre à travers le monde. Le photographe Milomir Kovačević, dit Strašni, suit de près les événements et réalise plusieurs séries de photographies. Qu’il soit lui-même un habitant de Sarajevo rend son regard sur la guerre radicalement différent de celui des photographes étrangers. Ses images sont à la fois violentes et empreintes d’une extraordinaire sérénité. Leur qualité réside avant tout dans la force picturale, et pourtant lointaine de toute stylisation, grâce à laquelle Kovačević nous fait partager son histoire personnelle qui est souvent aussi la nôtre.

117 photographies en noir et blanc reproduites en duotone.
Avec des textes de François Maspero, Andrea Lesic et Milomir Kovačević.

  • Milomir Kovačević (photographe) Andrea Lesic et François Maspero (auteurs), Sarajevo, Paris, Centre National de la Photographie poche, 2012, 13 euros
  • Prix : 13.00 €
  • En savoir +

Grégor Marchal, Itinéraire d’un officier français du front d’Orient en Albanie, Éditions Verlhac, Paris, 2018, 133 pages, 25 euros

Cet ouvrage est l’occasion de mettre en lumière un épisode inconnu du front d’Orient en Albanie. Le lieutenant Silhol, du 17e escadron du Train et des équipages militaires nous a laissé un témoignage photographique unique et rare de son séjour en Albanie en 1918. Il participe aux grandes offensives victorieuses de l’été 1918 sur le front d’Orient qui précipitent la signature de l’armistice avec la Bulgarie, puis celle avec l’Autriche-Hongrie bien avant celle de novembre avec l’Allemagne.

Un long travail de recherche a permis de dater les 160 photos qu’il a réalisées pendant ce conflit. La plupart des soldats représentés et tous les lieux ont été identifiés.

  • Grégor Marchal, Itinéraire d’un officier français du front d’Orient en Albanie, Editions Verlhac, Paris, 2018, 133 pages, 25 euros

Des BD et des romans graphiques

Florentina Postaru et Serge Bloch - Heureux qui comme mon aspirateur...

La Roumanie, années 80. Florentina Postaru avait 13 ans à la chute de Ceausescu. Aujourd’hui en France, elle fait le récit d’une jeunesse sous la dictature, suivie de la découverte de la société d’opulence occidentale. Rien n’est triste ici, mais tout est poignant. L’auteure l’affirme, son pays aime rire et elle a souhaité avec un humour très roumain, nourri de dérision, de légèreté et d’ironie, évoquer ces années terribles. Les dessins de Serge Bloch, en font un « récit graphique » exceptionnel.

  • Florentina Postaru, illustré par Serge Bloch, Heureux qui, comme mon aspirateur...grandir dans la dictature roumaine, Paris, 2019, Bayard, 276 pages

De nombreux autres livres sont à découvrir sur la page d’accueil de notre boutique en ligne, où vous retrouverez aussi notre sélection de classiques, nouveautés, essais, bandes-dessinées, disques, films, etc.