Covid-19 : en Bosnie-Herzégovine et en Serbie, esclavage moderne pour les travailleurs

| |

Le nombre de travailleurs ayant perdu leur emploi en Bosnie-Herzégovine et en Serbie à la suite de la crise du coronavirus s’élève déjà à plusieurs centaines de milliers. Comment feront-ils pour survivre, alors que leur salaire était déjà très bas et que les aides de l’État sont quasi-nulles ? Et que font les syndicats ? Entretien croisé.

Traduit par Jasna Tatar Anđelić Sakib Kopić est président du syndicat Solidarnost en Bosnie-Herzégovine. Duško Vuković est vice-président de la Confédération des syndicats autonomes de Serbie. Omer Karabeg (O.K.) : Combien de travailleurs en Serbie et en Bosnie-Herzégovine ont perdu leur emploi à cause de l’épidémie ? Duško Vuković (D.V.) : Nous n’avons pas d’information précise. Les chiffres officiels en Serbie varient entre 15 000 et 20 000. Ils sont sûrement plus élevés, car il manque les données sur les travailleurs informels. Selon les statistiques du registre central de l’assurance sociale en Serbie, le nombre d’employés est de 2 200 000 au (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous