Monténégro : « la lutte contre la corruption et les mafias reste de la poudre aux yeux »

| |

Deux ans ou presque se sont écoulés depuis la défaite historique du DPS de Milo Đukanović. Si la lutte contre la corruption et le crime organisé est sans cesse érigée en priorité par les nouvelles autorités, dans les faits, le bilan se révèle famélique. Et l’accord politique passé par le Premier ministre Dritan Abazović avec le parti du président ne rassure guère. Analyse sans concession.

Traduit par Persa Aligrudić et adapté par la rédaction Monitor (M.) : L’Institut Alternativa a publié un document montrant que la famille du Président Milo Đukanović avait transféré plus de 100 millions d’euros sur des comptes étrangers entre la défaite de son parti aux législatives du 30 août 2020 et la formation du nouveau gouvernement. Pourquoi aucune enquête n’a-t-elle encore été ouverte ? Dejan Milovac (D.M.) : Je vous rappelle qu’en octobre 2021, après que le Réseau pour l’affirmation du secteur non gouvernemental (MANS) a révélé l’enquête des Pandora Papers, les Đukanović ont reconnu qu’ils étaient formellement propriétaires d’une structure (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous