Monténégro : harcèlement au travail, la très lente libération de la parole

| |

Depuis 2012, la loi monténégrine punit le harcèlement au travail, qu’il soit moral ou sexuel. Mais en sept ans, à peine 30 plaintes ont été déposées pour dénoncer ces pressions qui pèsent surtout sur les femmes. En matière d’égalité homme-femme, le très patriarcal Monténégro a encore beaucoup à faire.

Adapté par Nikola Radić Ce printemps, un procès particulier s’est tenu devant le tribunal de Podgorica. Celui du gouverneur de la Banque centrale monténégrine, Radoje Žugić, accusé par son adjointe, Irena Radović, de mobbing et de discrimination. Bien que l’on entende souvent parler d’humiliation et de pressions excessives au travail, les plaintes sont rares au Monténégro. Cette affaire, médiatisée, a au moins permis de mettre ce problème de société en lumière. Quelle que soit la fonction, les schémas du mobbing sont en effet les mêmes : calomnies, mensonges, humiliations, menaces, etc. Des faits souvent difficiles à prouver Depuis l’adoption (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous