Moldavie : simulacre d’élection présidentielle en Transnistrie

| |

Dimanche, la Transnistrie a réélu Vadim Krasnoselski, président sortant et candidat du régime contrôlé par la holding Sheriff, dans un scrutin sans réel adversaire ni observateur. Cette « élection présidentielle » que la Moldavie considère comme « illégale » n’est reconnue par aucun pays, pas même la Russie qui maintient pourtant cette région séparatiste sous perfusion.

Par Florentin Cassonnet C’était couru d’avance. Pour mesurer à quel point cette élection était truquée, il suffit de voir qui était l’unique adversaire de Vadim Krasnoselski, 51 ans, le président sortant et candidat du régime : Serghei Pânzari, un habitant du village de Hârtop, inconnu du grand public et qui n’a pas fait campagne pour présenter son programme. On ignore jusqu’à son apparence puisqu’aucune photo de lui n’a jamais été diffusée. Tout l’inverse de Vadim Krasnoselski, qui a été vu et entendu partout. Le résultat de l’élection était donc couru d’avance et personne ne doutait que le candidat du parti Renouveau – financé par Sheriff, le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous