Moldavie : quand les femmes victimes de violences domestiques finissent en prison

| |

Environ 300 femmes sont détenues au pénitencier de Rusca, près de Chișinău. Beaucoup d’entre elles ont été incarcérées après avoir tué ou tenté de tuer leur conjoint, poussées à bout par les violences domestiques qu’elles subissaient. Reportage.

Par Aliona Ciurcă Dans une pièce austère de la prison pour femmes de Rusca, nous sommes autorisés à parler à tour de rôle avec trois détenues, choisies par la direction pénitentiaire. Elles ont été condamnées à des peines allant de cinq à huit ans. « Il me battait pour rien. Le matin, au lieu d’une tasse de thé, il buvait un verre de vin », commence la première d’entre elles. Natalia Lasco a 33 ans. Elle vient de Cojușna, une petite ville au nord de Chișinău, et est à Rusca depuis quatre mois. Elle a été condamnée à huit ans de prison. Le jour où le drame a eu lieu, elle rentrait du travail. Avant, elle s’était arrêtée dans un magasin pour acheter (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous