Moldavie : Maia Sandu veut jouer la société civile contre le Parlement

| |

Pour la nouvelle présidente Maia Sandu, le Parlement serait dominé par des « forces corrompues » et elle refuse de nommer la Première ministre soutenue par l’assemblée, au mépris manifeste de la Constitution. Cette stratégie sera-t-elle payante ?

Par Florentin Cassonnet Entre la lutte contre la corruption et le respect de la légalité constitutionnelle, Maia Sandu semble avoir fait son choix. Pour la seconde fois, elle a soumis au Parlement la même candidate au poste de Premier ministre, Natalia Gavriliță, alors que celle-ci n’avait reçu aucun soutien lors du premier vote de confiance. Cette décision a été attaquée devant la Cour constitutionnelle par la majorité parlementaire – une coalition entre le Parti socialiste (PSRM) et le Parti Șor –, et la Cour leur a donné raison le 23 février en déclarant que le décret présidentielle était anticonstitutionnel. Pourtant, Maia Sandu (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous