Moldavie : Kafka à Bălceana ou le paradoxe d’un village en quarantaine

| |

En isolement total depuis le 16 mars, les habitants du village de Bălceana, à une cinquantaine de kilomètres de Chișinău, sont dans une situation inextricable : pour se déplacer, ils ont besoin d’une autorisation spéciale, mais personne ne semble en mesure de la leur délivrer. La nourriture et les médicaments commencent à manquer... Témoignages.

Adapté par Florentin Cassonnet (article original) Le village de Bălceana, à 56 km de Chișinău, est en quarantaine depuis le 16 mars, après que plusieurs de ses habitants ont été déclarés positifs au Covid-19. Une femme de 61 ans récemment rentrée d’Italie, a été la première Moldave à décéder de la maladie. C’était le le 18 mars. Depuis, le village est à l’isolement total et il est embourbé dans une situation kafkaïenne qui, au-delà de l’épidémie, questionne la survie même de ses habitants. Ainsi, la police garde les « frontières » de la commune, et il est nécessaire de présenter un certificat pour y entrer ou en sortir. Et c’est bien ce certificat qui (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous