Macédoine du Nord : après deux ans de pouvoir, les « affaires » s’accumulent pour le gouvernement Zaev

| |

Arrivée au pouvoir au printemps 2017, la coalition entre les sociaux-démocrates et les partis albanais ne convainc déjà plus grand monde. Pire, alors que les soupçons de corruption s’accumulent, aucun des ministres visés n’a démissionné. À croire que morale et politique ne vont toujours pas de pair en Macédoine malgré l’alternance politique.

Traduit par Jaklina Naumovski Dragi Raškovski, le secrétaire général du gouvernement macédonien, est pour la deuxième fois au centre d’une polémique : il est soupçonné d’avoir « arrangé des appels d’offres ». Une nouvelle affaire qui vient s’ajouter à une longue série de scandales éclaboussant les membres de l’exécutif et qui sape la crédibilité de l’équipe du Premier ministre, Zoran Zaev. Ainsi, l’opinion publique a découvert que des ministres auraient « donné un coup de pouce » à certains de leurs proches pour être embauchés (ce qui constitue un cas flagrant de népotisme), d’autres auraient été nommés au sein d’universités publiques pendant leur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous