Covid-19 et droits sociaux en Macédoine du Nord : un 1er mai au goût amer

| |

Pas de défilé et pas de pique-nique en famille pour ce 1er mai 2020 en Macédoine du Nord. Mais surtout, pour beaucoup de travailleurs.ses, la peur de perdre leur emploi et de se retrouver sans aucun droit.

Par Jaklina Naumovski (Avec Radio Slobodna Evropa) - Les déclarations de la ministre des Finances, Nina Angelovska, ont eu l’effet d’un tsunami dans le monde syndical et parmi les ONG de défense des droits de l’homme. Mercredi 30 avril, celle-ci a annoncé que les entreprises, même celles qui ont bénéficié d’aides publiques, seraient autorisées à licencier entre 5% et 15% de leurs salariés dans les mois à venir. Un revirement total de la condition imposée initialement par le gouvernement pour bénéficier de ces aides, qui était explicitement de ne pas licencier et de préserver tous les emplois. L’Union des syndicats de Macédoine a immédiatement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous