Macédoine du Nord : le grand problème de la petite corruption

| |

Selon une étude, au cours de l’année dernière, un demi-million de citoyens auraient soudoyé au moins une fois un fonctionnaire. Le gouvernement reconnaît le problème et a créé un poste de « vice-Premier ministre chargé de la lutte contre la corruption » pour enrayer le phénomène.

Traduit par la rédaction (article original) Un phénomène bien enraciné Selon la dernière enquête du Centre macédonien de coopération internationale (MCMS) sur la corruption, en 2020, la perception de celle-ci comme problème crucial a gagné une place par rapport à 2019. Elle occupe désormais la quatrième place après le chômage, l’instabilité politique et les faibles revenus. L’enquête montre qu’environ 80% des citoyens macédoniens estiment que les principaux facteurs de corruption généralisée sont l’inefficacité du système judiciaire, le désir d’enrichissement rapide et personnel de ceux qui sont au pouvoir et l’absence de contrôle administratif (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous