Albanie : les élections législatives du 25 juin ou la victoire de la « vieille politique »

| |

Écrivain et essayiste, Fatos Lubonja porte un regard lucide et sans concession sur la classe politique albanaise. Malgré la virulence de ses opinions, son nom a circulé lors de la dernière nomination du prochain président de la République.

Propos recueillis par Louis Seiller Courrier des Balkans (CdB) : Après un ultimatum de la diplomatie américaine, Lulzim Basha et Edi Rama ont finalement renoncé à leurs positions « non négociables » et signé un accord permettant la tenue des élections législatives le 25 juin. Comment se fait-il que la classe politique albanaise ait besoin d’acteurs extérieurs comme les États-Unis ou l’Union européenne ? Fatos Lubonja (F. L.) : L’incapacité de notre classe politique à assumer ses responsabilités s’explique essentiellement par l’incapacité des Albanais en tant qu’individus à assumer leurs responsabilités les uns envers les autres. Cela signifie (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous