Blog • Ljubčo Georgievski : « Où vas-tu, Macédoine ? »

|

L’ancien Premier ministre macédonien Ljubčo Georgievski synthétise trente ans de vie et de réflexion politique dans son livre Mojata makedonska prikazna, Kade odiš, Makedonijo ? (« Mon conte macédonien, Où vas-tu, Macédoine ? »), paru en 2018 à Skopje.

Ljubčo Georgievski
DR

Ljubčo Georgievski, Premier ministre de la Macédoine du Nord de 1998 à 2002, est une personnalité clivante qui ne laisse personne indifférent dans les Balkans. On l’aura accusé de tout et de son contraire, excepté de ne pas être cultivé ou intelligent. Son dernier livre s’ouvre sur le discours qu’il a prononcé le 17 juin 1990, au congrès du VMRO-DPMNE, dont il est devenu le président le jour même (et ce jusqu’au 13 mai 2003, avant de céder sa place à… Nikola Gruevski, qui est aujourd’hui son plus grand ennemi politique) alors que la Macédoine du Nord faisait encore partie de la Yougoslavie. Ljubčo Georgievski n’avait alors que 24 ans. Il impressionne par ses connaissances et sa maturité, surtout au regard du niveau ambiant de politiciens beaucoup plus âgés, partout en Europe et dans le monde entier. Pour ce qui est du fond, il rejette, le 17 juin 1990, toute adhésion au fédéralisme yougoslave afin de se soustraire à la tutelle serbe.

Comment celui qui était indéniablement un nationaliste macédonien (et l’est encore) en est-il arrivé à soutenir la politique d’ouverture et de réconciliation de Zoran Zaev ? Comment l’ex-président du VMRO-DPMNE (pendant 13 ans !) est-il devenu le plus farouche opposant de la politique d’« antiquisation » de son successeur, qu’il accuse d’être un opportuniste politique qui ne se serait jamais réellement intéressé à l’Histoire ? Comment celui qui est présenté comme étant politiquement mort en Macédoine du Nord, alors qu’il n’a que 53 ans actuellement, est-il devenu un homme politique respecté aussi bien en Bulgarie qu’en Grèce ? Le livre permet de le comprendre, et annonce peut-être une évolution de l’image de Gruevski dans son pays.

Les ennemis de Ljubčo Georgievski caricaturent son parcours politique en ce qu’il se résumerait au fait qu’il a été le premier chef de gouvernement à avoir acquis la nationalité bulgare. Mais le fait est que Georgievski ne se sent pas bulgare. Il insiste sur le fait que certes, la plupart des révolutionnaires macédoniens se sentaient bulgares, mais de là ne résulte pas, écrit-il, qu’on ne puisse pas construire une identité macédonienne plus récente. Il est difficile de lui donner tort. D’ailleurs le livre se clôt sur un texte publié par l’agence de presse bulgare BGNES le 17 août 2018, dans lequel Georgievski critique certaines déclarations bulgares selon lesquelles il ne serait pas correct de présenter l’insurrection de la Saint-Élie (Ilinden) de 1903 comme une insurrection macédonienne. Même si les révolutionnaires étaient à conscience nationale bulgare, cela n’interdit pas de considérer que l’insurrection fut macédonienne en ce qu’elle eut lieu en Macédoine et concernait la Macédoine de l’Empire ottoman.

Pour ce qui concerne les musulmans en Macédoine du Nord, Ljubčo Georgievski pense qu’ils sont probablement déjà majoritaires.

Le passage le plus intéressant du livre, c’est probablement celui où Ljubčo Georgievski raconte comment son opinion au sujet des voisins bulgares a évolué au cours du temps et comment il a réussi à surmonter la bulgarophobie qui était la sienne au cours de son adolescence. Lorsque son père lui apportait du fromage ou du salami bulgares, il refusait d’en manger « uniquement parce qu’ils étaient bulgares ». Citons-le dans le texte : « plus un élève était instruit, réussissait dans ce système éducatif et se montrait loyal envers la Yougoslavie, plus il détestait les Bulgares et la Bulgarie » (p. 276). Dès lors, Ljubčo Georgievski a lui-même pris en mains son éducation, en lisant tous les ouvrages interdits ou dont la lecture n’était pas recommandée, notamment dans le cadre de ses études de lettres. On connait la suite.

Љубчо Георгиевски, Мојата македонска приказна : каде одиш, Македонијо !, Skopje, Gjurgja, 476 denars->https://kupikniga.mk/product/mojata-makedonska-prikazna-kade-odish-makedonijo]