Kosovo : le chômage explose, mais on ne trouve pas de travailleurs saisonniers

| |

Chaque été, c’est la même rengaine : de nombreuses PME kosovares se plaignent du manque de main d’œuvre dans l’agriculture, le bâtiment ou l’hôtellerie. Pourtant, le chômage n’a jamais été aussi élevé. Quel est donc le problème ?

Par Nadie Ahmeti Bedri Kosumi est le propriétaire du domaine agricole Pestova, spécialisé dans la production de pommes de terre. Chaque été, à l’heure de ramasser ses légumes, ce dernier ne trouve pas de main d’œuvre. L’agriculteur aurait pourtant besoin de vingt personnes en renfort chaque jour durant la période estivale. Mais les gens hésitent à venir travailler au ramassage des patates, huit heures de travail pour 450 euros de salaire mensuel, plus deux repas par jour. « Nous sommes en plein pic d’activité, mais nous ne trouvons pas de volontaires. Les gens ne veulent pas travailler, alors même que nous leur offrons de bonnes conditions. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous