Crimes de guerre : le TPIY a-t-il contribué à réconcilier les Balkans ?

| |

Mercredi 22 novembre, les juges de La Haye rendront leur verdict dans le procès Mladić. Quand cette procédure sera terminée, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie fermera ses portes. Créé alors que les combats faisaient encore rage, le TPIY avait pour objectif d’établir les faits pour permettre la justice et la réconciliation régionale. Quel est son bilan ?

Propos recueillis par Dragan Štavljanin Janine Clarke enseigne le droit à l’université de Birmingham. Elle est l’auteure de « Le TPIY et les défis de la réconciliation dans l’ex-Yougoslavie ». Radio Slobodna Evropa (RSE) : L’ancien président du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), le juge américain Theodor Meron, a déclaré que le travail de ce tribunal avait « grandement contribué à la paix et à l’apaisement ». Mais est-ce vraiment le cas ? Janine Clarke (J.C.) : C’est une question à la fois très importante et très complexe, car on peut se demander ce qu’on entend exactement par apaisement, un terme qui ne fait pas (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous