D’Albanie en Bulgarie, la longue piste des armes destinées à la Syrie

| |

Le scandale a éclaté après la mort d’un vétéran américain sur un terrain militaire bulgare en juin 2015. L’homme testait des armes à destination du Moyen-Orient. Au cœur de l’affaire, la société bulgare Alguns, un sous-traitant du Pentagone chargé d’un programme de soutien aux rebelles syriens. Les armes, obsolètes et de fabrication chinoise, venaient d’Albanie...

Par Florentin Cassonnet Selon une enquête menée par l’OCCRP et Balkan Insight, de vieilles armes et munitions de fabrication chinoise et albanaise ont été vendues en 2015 par une entreprise d’État albanaise, la Compagnie d’import-export militaire d’Albanie (CIEMA), à une entreprise bulgare, Alguns Ldt. Soit 17,5 millions de munitions, 350 mortiers et 40 000 obus de mortier, le tout pour un montant d’un million d’euros. L’armée bulgare, membre de l’Otan, est relativement moderne et n’a pas besoin d’un matériel d’une telle vétusté. En revanche, les munitions et les mortiers correspondaient aux demandes de guérillas urbaines comme en Syrie, en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous