Serbie : László Végel et l’identité perdue de Novi Sad

| |

Autrefois libérale et frondeuse, pétillante de vie, de culture et d’impertinence, Novi Sad s’est endormie au point de devenir un bastion nationaliste. Chantre de sa ville, l’écrivain László Végel interroge sa relation jamais assumée au passé, abandonné comme un cadavre puant au bord de la route... Entretien.

Traduit par Nikola Radić (article original)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous