Langue des signes : en Bosnie-Herzégovine, d’interminables divisions silencieuses

| |

En Bosnie-Herzégovine, les divisions gangrènent l’ensemble de la politique, avec des conséquences kafkaïennes dans la vie pratique. Ainsi, le pays n’a même pas réussi à se mettre d’accord sur une langue des signes communes, ce qui complique encore un peu plus le quotidien des personnes sourdes et malentendantes. Reportage.

Traduit par Chloé Billon (Article original) et adapté par la rédaction Alma Mujanović est née en 1995 à Sarajevo avec une audition presque nulle. « Malheureusement, je n’ai pas eu la même enfance que les autres », regrette la jeune femme. « Je n’ai pas eu accès à de nombreux dessins animés qui comportaient des dialogues, à toutes les séries et les documentaires qui n’avaient pas de sous-titres. » Outre ces problèmes de communication, Alma a également dû lutter contre les préjugés toujours très présents dans la société bosnienne envers ceux qui sont différents. « Mes difficultés à m’intégrer ont commencé en même temps que mes problèmes pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous