Kosovo : crises politiques par temps d’épidémie

Après la chute controversée du gouvernement d’Albin Kurti au printemps dernier, sous la pression des États-Unis, c’est désormais la fragile coalition emmenée par la LDK d’Avdullah Hoti qui est sur la sellette. L’inculpation du président Thaçi et de plusieurs cadres de l’UÇK par les Chambres spécialisées, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, fait en effet des vagues au sommet de l’exécutif. Surtout chez ses partenaires dirigés par d’anciens gradés de la guérilla : l’AAK de Ramush Haradinaj et Nisma-Socialdemokrate de Fatmir Limaj.

Dates-clés 17/2/2008 : déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo 19/4/2013 : signature à Bruxelles d’un« accord historique » de normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo 9/12/2014 : Formation au forceps de la coalition « Made in USA » PDK-LDK Hiver 2014-2015 : Immense exode. 100 000 Kosovars quittent le pays 25/8/2015 : signature d’un accord qui prévoit la création d’une Association des communes à majorité serbe. Manifestations de l’opposition. 26 février 2016 : Hashim Thaçi est élu président de la République par le Parlement. 11 juin 2017 : Élections législatives anticipées, la « coalition des commandants » l’emporte d’une courte (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous