Histoire : « La Yougoslavie n’a pas été démantelée en une nuit »

| |

Née à Split en 1953, la célèbre historienne Branka Prpa vit aujourd’hui à Belgrade. Connue pour son engagement antinationaliste, elle était l’invitée cet automne du festival de la gauche Korčula after Party (KaP). L’occasion de revenir sur la Yougoslavie socialiste de sa jeunesse, les causes de son éclatement et ce qu’il en reste aujourd’hui. Entretien.

Traduit par Nikola Radić (article original) S.D. : Le concept du « pluralisme des intérêts autonomes » de l’idéologue autogestionnaire Edvard Kardelj était-il une tentative de construire une démocratie socialiste ? B.P. : Il faut reconnaître que les communistes yougoslaves ont élaboré plusieurs choses intéressantes d’un point de vue théorique. Tout d’abord, la propriété collective, qui faisait que les citoyens étaient les actionnaires de la propriété collective, et pas l’État. Ensuite, il y avait le modèle autogestionnaire, qu’on étudie encore aujourd’hui. Cette pratique a été corrompue par le phénomène du « délit verbal », à savoir l’interdiction (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous