Avec Macron, la France contre l’intégration des Balkans dans l’UE ?

| |

Le discours d’Emmanuel Macron devant les eurodéputés le 17 avril a fait l’effet d’une douche froide dans les Balkans occidentaux, au lendemain de l’espoir suscité par les rapports d’étape de la Commission européenne. En repoussant encore la perspective d’élargissement, le risque pour l’UE serait de renforcer la position d’autres grandes puissances, à commencer par Ankara et Moscou. Analyse.

Par Branka Trivić Dans son discours devant le Parlement européen à Strasbourg, le 17 avril, le Président français Emmanuel Macron a déclaré, entre autres, qu’il ne soutiendrait l’élargissement que si l’Union européenne acceptait de se réformer en profondeur. Des propos qui sont venus doucher l’optimisme qu’avait réveillé dans les pays des Balkans occidentaux l’annonce de la stratégie d’élargissement de l’UE début février. Les critiques ont fusé dans les pays du sud-est, tous candidats à l’intégration. Les observateurs estiment que repousser encore l’élargissement, comme le suggère le Président Macron, ne servirait qu’à créer de nouvelles opportunités (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous