La Croatie, terre d’immigration et (surtout) d’émigration

|

Il y a ceux qui s’en vont, et ceux qui viennent s’installer en Croatie. 43 219 personnes ont obtenu en 2018 un titre de séjour, dont près de la moitié (19 560) venant de Bosnie-Herzégovine, suivis par les citoyens de Serbie, de Macédoine, du Kosovo, d’Ukraine et d’Albanie. Malgré ces arrivées, le pays voit sa population drastiquement baisser.

Traduit par Chloé Billon Selon les données du ministère de l’Intérieur, 43 219 ressortissants étrangers se sont vus accorder un titre de séjour en Croatie en 2018, soit deux fois plus qu’en 2017 (19 235 permis accordés) et quasiment quatre fois plus qu’en 2016 (12 967). La majorité de ces immigrants sont des citoyens de Bosnie-Herzégovine (19 560 - ceux ne disposant pas d’un passeport croate, s’entend), de Serbie (6534), de Macédoine (2600), du Kosovo (2500), d’Ukraine (1400) et d’Albanie (1300). Parmi les États de l’Union européenne, la Slovénie (910), l’Allemagne (656) et l’Italie (620) sont en tête, et pour les pays non-européens, la Chine (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous