« La Cour européenne n’a pas son mot à dire sur la frontière entre la Croatie et la Slovénie »

|

Mercredi matin, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé irrecevable la procédure engagée par Ljubljana contre Zagreb dans l’interminable différend frontalier du Golfe de Piran. Un camouflet pour la Slovénie, qui reproche à sa voisine de violer le droit de l’UE en ne respectant l’arbitrage rendu fin juin 2017. Explications.

Par la rédaction C’est une décision surprise qui a fait l’effet d’une douche froide à Ljubljana. Le 11 décembre, l’avocat général de la CJUE, l’Estonien Priit Pikamäe, a proposé à la « Cour de justice de se déclarer incompétente pour examiner le recours formé par la Slovénie » dans l’interminable querelle du Golfe de Piran. Un différend sur la définition de la frontière maritime qui empoisonne les relations entre Zagreb et Ljubljana depuis la fin de la Yougoslavie. Pour justifier cet avis, l’avocat général a expliqué que « les manquements reprochés par la Slovénie à la Croatie au droit de l’Union présentent un caractère accessoire par rapport à la question de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous