Identité nationale, eugénisme et lois raciales dans la « Grande Roumanie » de 1918

| |

Mesure des boîtes crâniennes, analyse de la couleur des yeux, des cheveux, des groupes sanguins, etc. Dans la « Grande Roumanie » de l’entre-deux-guerres, les anthropologues essayaient de définir la « race roumaine ». Des recherches qui ont préparé les lois raciales et les mesures de stérilisation visant les handicapés et les Roms. Une exposition met en lumière un pan d’histoire toujours largement passé sous silence. Entretien.

Propos recueillis par Ionuț Dulămiță I.D. : Quels ont été les conséquences de ce phénomène sur la population ? M.D. : L’Association transylvanienne pour la littérature roumaine et la culture du peuple roumain (ASTRA) a largement contribué à répandre les idées eugénistes dans la population, principalement par une propagande médicale et hygiéniste. L’eugénisme roumain a d’abord été « positif », il voulait encourager la reproduction des individus sains et la promotion de la natalité. Dans les années 1940, toutefois, on a introduit un certificat médical obligatoire avant le mariage pour empêcher ceux qui avaient des maladies héréditaires de se marier et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous