Kosovo : un chômage structurel massif qui n’a aucune chance de se résorber

| |

Chaque année, au Kosovo, 25 000 personnes entrent sur un marché du travail qui ne peut en absorber que 10 000. Seules des vagues constantes de départs vers l’étranger permettent alors de « contenir » le chômage autour de 30% des actifs, la croissance annuelle de 4% n’ayant aucune chance de le résorber.

Par Luljeta Krasniqi-Veseli Valon Maloku a 25 ans. Originaire de Fushë-Kosova, diplômé en économie de l’Université de Pristina, ce jeune homme n’a jamais eu d’emploi. « Cela va faire deux ans que je cherche. J’ai postulé à presque tous les concours que j’ai pu trouver et qui correspondaient à mon profil. La plupart du temps, je n’ai même pas été convoqué pour un entretien. C’est dur d’être au chômage au Kosovo. Je passe mon temps dans les cafés. Le plus grand problème, c’est l’argent. Tu es dépendant des autres, tu es une charge pour ta famille. Tu ne penses qu’à t’enfuir. J’espère pourtant que la situation va s’améliorer. Les institutions doivent être (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous