Kosovo : la mort rôde autour des témoins protégés du Tribunal spécial

| | |

Le Tribunal spécial pour les crimes de l’UÇK doit émettre dans les prochains mois ses premiers actes d’accusation. En attendant, les témoins protégés qui viendront à La Haye vivent déjà dans la crainte d’un « accident », qu’ils soient à l’étranger ou qu’ils se cachent au Kosovo. Rencontre avec « Halil », qui reçoit ses visiteurs avec une arme à la ceinture.

Par Serbeze Haxhiaj Halil - le prénom a été modifié pour raisons de sécurité - ouvre la porte en métal et porte instinctivement la main à sa ceinture, sur la crosse de son révolver. Une caméra tourne au-dessus de l’entrée du jardin, tournée vers le rue. Pour Halil, être prudent est devenu un mode de vie. Il y a 17 ans, l’homme affirme avoir été emprisonné et torturé par des miliciens de l’UÇK dans une prison secrète située dans les montagnes du nord de l’Albanie. Halil appartenait à un groupe rival de celui a pris le pouvoir après la guerre. Dans quelques mois, l’ancien prisonnier devrait témoigner contre ses bourreaux, au cours d’un procès (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous