Kosovo 1999-2019 : sur le pont de Bishtazhin, voyage au bout de l’enfer

| |

C’était le 14 avril 1999. Une colonne de réfugiés passait sur le pont de Bishtazhin, à la sortie de Gjakovë/Đakovica, sur la route de Prizren. Deux avions de l’Otan ont largué leurs bombes. Bilan de cette bavure : 63 morts. Vingt ans après, l’un des villageois se souvient de cette journée noire. Reportage.

Par Nerimane Kamberi Le lendemain, le 16, Martin est rentré chez lui, par le même chemin en terre. « Je me suis levé très tôt, je n’arrivais pas à dormir. Les corps avaient été alignés sur une planche. J’ai vu au loin les fossoyeurs arriver avec leur pelle. Ma remorque avait été lavée. Avec Smajl, on a vidé le fond d’une bouteille de raki et je lui ai serré la main en guise d’au revoir. » Puis il est rentré à Bishtazhin au volant de son tracteur, traversant Dobrosh, Madana et Meja, jusqu’à sa ferme. Après la guerre, Martin est resté en contact avec Asllan. Quant à Smajl, il fut exécuté le 27 avril, lors du massacre de Meja, comme 371 autres hommes. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous