Avec le judo, le Kosovo pèse lourd sur les JO de Tokyo

| |

Le Kosovo envoie onze athlètes aux Jeux Olympiques de Tokyo, dont cinq judokas et autant de chances de médailles. Tous sont licenciés du même club, à Peja, dirigé par l’ancien champion Toni Kuka. Ces talents exceptionnels sont en train d’écrire la plus belle page de l’histoire sportive du pays.

Par Nerimane Kamberi et Simon Rico Après la guerre, il a décidé d’ouvrir un dojo dans sa ville de Peja. Avec les moyens du bord, grâce à l’aide de ses frères. Le club, baptisé Ippon, s’installe au cœur du quartier périphérique d’Asllan Çeshme, ravagé par les combats. « J’ai voulu travailler avec les enfants et montrer au monde que le Kosovo avait de grands athlètes capables de gagner des médailles », explique aujourd’hui Toni Kuka, interrogé par l’AFP. Son pari était pourtant loin d’être gagné : au début, le toit fuyait et les tapis des tatamis faisaient peine à voir. Parmi les premiers licenciés du club, il y a Majlinda Kelmendi, venue en voisine. « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous