Grèce : à Thessalonique, les étudiants ne veulent pas de la « police universitaire »

| |

Depuis plusieurs semaines, l’Université Aristote de Thessalonique est secouée par des incidents violents. La police universitaire, qui doit faire son entrée en juin sur les campus d’Athènes et de Thessalonique, est loin de faire l’unanimité parmi les étudiants.

Par Marina Rafenberg L’université Aristote de Thessalonique est en ébullition depuis plusieurs semaines. À quelques jours de l’entrée sur le campus, prévue début juin, d’une centaine d’officiers de la police universitaire formée pendant six mois, manifestations, vandalismes et violences se multiplient. Jeudi et vendredi encore, les forces anti-émeutes sont intervenues sur un groupe de personnes protestant contre la décision du recteur de mettre fin à l’occupation illégale d’un bâtiment qui doit être transformé en bibliothèque. Plusieurs étudiants qui se trouvaient dans les salles de cours environnantes ont été encerclés de gaz lacrymogènes. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous