Roumanie : les hôpitaux brûlent, les soignants n’en peuvent plus

| |

Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte après l’incendie, le 28 janvier, à l’Institut Matei Balş, qui a tué cinq patients et blessé une centaine d’autres. En cause : les conditions archaïques dans les hôpitaux roumains et « la longue chaîne d’improvisations » dans laquelle les soignants sont contraints de faire leur travail. Y a-t-il aujourd’hui un hôpital sûr en Roumanie ?

Traduit et adapté par Florentin Cassonnet (article original) Bogdan Tănase est chirurgien à l’Institut d’oncologie de Bucarest et président de l’Alliance des médecins. Europa Liberă (E.L.) : Le ministre de la Santé Vlad Voiculescu a déclaré que « la gestion des hôpitaux se caractérise par une longue chaîne d’improvisations ». À quoi est due cette improvisation ? Bogdan Tănase (B.T.) : Malheureusement, les infrastructures de santé n’ont bénéficié de quasiment aucun investissement depuis 30 ans et nous avons des hôpitaux d’une époque révolue, donc nous ne pouvons tout simplement pas appliquer les normes médicales et sanitaires modernes. Les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous