In memoriam Kikí Dimoulá, grande poétesse grecque

| |

La poétesse grecque Kikí Dimoulá est morte samedi 22 février. Membre de l’Académie grecque, reconnue sur le tard, elle laisse derrière elle une œuvre importante, récompensée par le prix européen de littérature en 2009. Portrait.

Par Marina Rafenberg La poétesse grecque Kikí Dimoulá s’est éteinte samedi soir à l’âge de 89 ans. Elle doit être inhumée ce mardi au premier cimetière d’Athènes, où sont enterrées de nombreuses autres personnalités grecques. Elle laisse derrière elle une œuvre majeure que tous les écoliers du pays étudient au cours de leur scolarité. « La Grèce perd l’une de ses plus importantes voix poétiques, et nous tous un morceau de sa sensibilité », a déclaré le Premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis sur Twitter. L’ensemble de la classe politique et du milieu littéraire ont exprimé leur profonde tristesse. Née en 1931 à Athènes, Kikí Dimoulá ne se décrivait pas (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous