Impôts en Serbie : le paradis pour les grands patrons, l’enfer pour les pauvres

| |

Fraude fiscale, faible progressivité, cotisations sociales et taxes sur les sociétés minimes, TVA et droits d’accises élevés. La Serbie est le pays le plus inégalitaire d’Europe en terme d’impôts selon Eurostat. Ici, ce sont les pauvres qui sont mis à contribution pour financer le budget public plus que les riches. Explications.

Par Luka Petrović Les économistes néolibéraux ne cessent de répéter qu’on paie trop d’impôts en Serbie et qu’en les faisant baisser, la croissance décollerait. Selon eux, les taux d’imposition actuels nuisent au climat des affaires et dissuadent les talentueux entrepreneurs d’investir. Ils invoquent la fameuse « théorie du ruissellement » (chère aussi au Président français Emmanuel Macron, NdT) pour justifier le fait que cela profiterait ensuite aux plus modestes même si les aides sociales diminuent. Or, selon la liste des paradis fiscaux publiée par la Commission européenne, la Serbie figure parmi les « zones grises », au côté des Maldives, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous