Homosexualité en Yougoslavie : les tabous du conservatisme socialiste

| |

À 93 ans, Ivan Ivanji, survivant de Buchenwald, ancien interprète de Tito, journaliste et écrivain, revient dans les colonnes Vreme sur le tabou de l’homosexualité en Yougoslavie et lance un vibrant plaidoyer pour la liberté de s’aimer. Au moment où l’EuroPride a lieu dans les rues de Belgrade sous haute protection policière.

Traduit par Ph.B. (article original) Dans le Royaume de Yougoslavie, jusqu’en 1929, les lois étaient différentes selon le pays auquel elles appartenaient avant l’unification. Lorsque la loi a finalement été centralisée, « la débauche contre l’ordre naturel » a été répertoriée dans le code pénal comme un délit punissable, faisant référence à « l’acte anal entre deux hommes ». Très conservatrice sur de nombreuses questions, dont celle du mariage, la Yougoslavie socialiste n’a modifié cette loi qu’en 1977. Il est intéressant de noter que les relations sexuelles entre femmes n’ont jamais été criminalisées. Le problème de l’amour lesbien n’existait pas. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous