« Hej Afrika », l’histoire méconnue des voix africaines de la pop yougoslave

| |

Qui se souvient de Steva Šumadinac alias Jungo Chokwe, d’Edi Dekenga, la star congolaise d’Elipse, ou du guinéen Mohamed Kaba Sow ? On vous raconte le destin de ces musiciens africains, arrivés dans le cadre d’échanges universitaires entre Non-alignés et qui ont fait bouger la pop de l’époque socialiste.

Par Simon Rico Les musiciens africains n’ont jamais fait pas partie du courant dominant. À Zagreb, Mojca Piškor se souvient encore avec émotion de ses premiers contacts, dans sa jeunesse, avec les étudiants africains qui arrivaient à Zagreb pour des échanges universitaires favorisés par les liens entre membres des Non-alignés. « Nous avions l’habitude de faire la fête ensemble, de traîner, d’échanger des cassettes. C’est comme ça que je me suis intéressée à ce que je fais aujourd’hui. Je garde encore certaines de ces bandes. » « Les musiciens africains n’ont jamais fait pas partie du courant dominant », nuance-t-elle ensuite. « Des milliers (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous