La Slovénie ouvre les bras aux Ukrainiens, mais pourchasse les autres réfugiés

| |

Ces dernières années, la Slovénie appliquait une politique « zéro réfugié », s’alignant sur la position hongroise. Mais aujourd’hui, le gouvernement ultra-conservateur justifie sa volonté d’accueil massif de réfugiés ukrainiens par une plus grande proximité culturelle et religieuse. Ce qui a provoqué un tollé.

Par Mimi Podkrižnik (journaliste à Delo) Jusqu’à ces derniers jours, le gouvernement ultra-conservateur de Janez Janša prônait une politique « zéro réfugié » en Slovénie, lui qui avait fait campagne pour les législatives de 2018 sur une ligne résolument anti-migrants. Les exilés arrivés du Moyen-Orient et d’Afrique font d’ailleurs depuis longtemps l’objet d’une traque intensive des services de police. Mais la guerre en Ukraine a rebattu toutes les cartes. Depuis, le ministre de l’Intérieur, Aleš Hojs, ne cesse de répéter que la Slovénie est un « pays ouvert », qui serait même en mesure d’accueillir de 180 à 200 000 réfugiés venant d’Ukraine, « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous