Grèce : des commémorations « pompeuses et malvenues » pour le bicentenaire

| |

Le gouvernement grec avait sorti le grand jeu, mais le kitsch des cérémonies a rappelé celui des défilés de la dictature des colonels. Retour sur les commémoration du bicentenaire de l’indépendance, qui ont suscité un torrent de moqueries, de critiques et de commentaires acerbes.

Par Fabien Perrier Les 24 et 25 mars, la Grèce a célébré en grandes pompes le bicentenaire de sa guerre d’indépendance. Parmi les invités d’honneur, on notait la présence du prince Charles, héritier du trône britannique, du Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine, de la ministre française des Armées Françoise Parly, du président chypriote Nicos Anastasiades... Journaliste à la radio Kokkino et au quotidien Avghi, proche de Syriza, historien de formation et observateur averti de la vie politique grecque, Yannis Androulidakis livre son analyse des cérémonies. Le Courrier des Balkans (CdB) : Pourquoi ces célébrations ont-elles suscité (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous