Grèce : après la défaite de Syriza, Alexis Tsipras tente un coup de poker

| |

Sévèrement sanctionné aux élections européennes, municipales et régionales, le Premier ministre de gauche radicale a très vite annoncé l’organisation de législatives anticipées, le 7 juillet prochain. En difficulté malgré la levée des mesures d’austérité, il espère empêcher Nouvelle démocratie (droite) de former une majorité.

Par Marina Rafenberg Dimanche soir, les mines étaient sombres et certains pleuraient au siège de Syriza. Le parti de gauche radical du Premier ministre Alexis Tsipras n’a obtenu que 23, 8 % des voix aux Européennes, devancé de près de dix points par le parti conservateur, Nouvelle Démocratie (33,3 %). Mais la déroute de Syriza s’est aussi jouée dans les deux autres scrutins qui avaient lieu le même jour : élections régionales et municipales. Nouvelle démocratie (ND) est arrivée en tête dans dix des treize régions de Grèce. Dans la bataille pour la mairie d’Athènes, Kostas Bakoyannis, le neveu du chef de ND Kyriakos Mitsotakis, est en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous