Grèce : à quoi ressemble la vie dans un camp de réfugiés

| |

Les migrants continuent d’arriver sur les côtes grecques et les conditions d’accueil sont toujours aussi désastreuses. Dans le camp d’Oinofyta, installé dans une ancienne usine, non loin d’Athènes, ils sont plus de 600 à attendre une improbable acceptation de leur demande d’asile. Le témoignage d’un volontaire français.

Par Paul Herincx Devant la nécessité de désengorger ces points d’entrée, des camps précédemment fermés pour des raisons sanitaires par la Direction générale pour la protection civile et les opérations d’aide humanitaire européennes de la Commission européenne (ECHO), ont été rouverts et les conditions de vie s’y sont largement dégradées. C’est le cas d’Oinofyta, fermé en novembre 2017, avant de rouvrir en urgence en mars 2018. « Avant, il y avait une école, une bibliothèque, une salle informatique où les résidents pouvaient pouvaient écrire des CV et avancer dans leurs démarches administratives, une coopérative de recyclage où tout le monde touchait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous