Grèce : une réforme de l’éducation pour plus de justice sociale

| |

Suppression des examens d’entrée à l’Université, et surtout des coûteuses écoles privées qui y préparent, scolarisation obligatoire dès l’âge de quatre ans et jusqu’à 18 ans, mais aussi allègement des programmes scolaires : le gouvernement Tsipras prépare pour l’été une vaste réforme de l’éducation, qui fait déjà grincer les dents des défenseurs des études classiques.

Par Gilda Lyghounis « Aujourd’hui, les écoles ne fonctionnent plus : nous devons nous rabattre sur les frontistiria, ces établissements privés qui proposent des préparations à l’examen d’entrée, si nous voulons espérer envoyer nos enfants à l’université. Nous demandons que les écoles publiques retrouvent leur mission première, et que les frontistiria arrêtent de se faire de l’argent sur notre dos ». Le Premier ministre Alexis Tsipras a peut-être lu cette phrase dans l’un des derniers roman de Petros Markaris, dans lequel un directeur de frontistirio est assassiné par un mystérieux justicier qui s’en prend à ceux ayant entrainé la Grèce dans le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous