Bosnie-Herzégovine : universités privées, faux diplômes et vraies galères

| |

En Bosnie-Herzégovine, on peut obtenir un master et même un doctorat en une journée. Il suffit de payer. Problème : ces diplômes n’ont aucune valeur. Hors de tout contrôle, le business des universités privées est pourtant florissant, énième symptôme de la corruption qui gangrène le pays.

Par Azra Nuhefendić Un jour, je pars avec des voisins dans leur maison de campagne, perdue au milieu de la campagne bosnienne. Sur une des collines voisines, je vois s’élever un immeuble, tout en préfabriqué. Devant mon étonnement, on m’explique : « C’est la nouvelle faculté ». En Bosnie-Herzégovine, le marché des diplômes universitaires est florissant. Au vrai, c’est même tout le marché de l’enseignement supérieur qui a le vent en poupe, tout simplement parce que ces établissements privés sont plus rentables que des usines. Je me souviens d’une blague qu’on racontait, il y a déjà longtemps : un bus arrive à Banja Luka et le chauffeur annonce (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous