Expulsion des Croates de Voïvodine : le village de Hrtkovci ne veut pas de Vojislav Šešelj

| |

Le 6 mai 1992, les Croates de Voïvodine devenaient indésirables en Serbie. Dans le village de Hrtkovci, ceux qui ont survécu à ce calvaire ne s’en sont jamais tout à fait remis. C’est pourtant là que ce dimanche, malgré l’interdiction des autorités, le chef de l’extrême-droite serbe, Vojislav Šešelj, a prévu d’organiser un meeting. Le village est entièrement bloqué par la police.

Par Ludmila Cvetković « Les événements des années 1990, les gens les ont oubliés, ils ont préféré se tourner vers un avenir meilleur », estime le prêtre de Hrtkovci, un village de la province autonome de Voïvodine, à mi-chemin entre Belgrade et la frontière croate. Or, ce dimanche 6 mai, un meeting du Parti radical de Serbie (SRS), la formation du chef historique de l’extrême-droite serbe, Vojislav Šešelj, y est prévu. « Ce rassemblement peut provoquer des troubles dans notre village », s’inquiète l’homme d’Église. L’assemblée est organisée en l’honneur du 26e anniversaire du grand meeting du SRS à Hrtkovci, juste avant le début des expulsions (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous