Être LGBT en Moldavie : « c’est pas une grippe »

| |

Ce samedi, c’est la Marche des fiertés à Chișinău. Ceux qui soutiennent la cause LGBT en Moldavie et qui n’ont pas peur défileront dans les rues de la capitale sous escorte policière, jusqu’à ce qu’ils rencontrent la désormais traditionnelle « contre-manifestation » des ultras. État des lieux de la situation dans un pays où, lorsque l’on n’est pas hétérosexuel, il faut se cacher, émigrer ou se battre pour pouvoir exister.

Par Laura-Maria Ilie et Florentin Cassonnet C’est finalement le KGB lui-même qui a offert la meilleure publicité à l’exposition : sa censure a été dénoncée par de nombreux médias étrangers et les échos en sont revenus à l’intérieur de Transnistrie. Aujourd’hui, Carolina n’a plus peur du KGB. « S’il me rappelle pour me menacer encore, ils savent que ça se retrouvera dans plein de publications un peu partout en Europe et en Russie et ce n’est pas bon pour l’image du pays. » La Transnistrie fait effectivement tout son possible pour ne pas avoir l’air d’un pays coincé aux temps soviétiques. Comme la majorité des personnes LGBT moldaves, celles de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous