Serbie : la politique et les mythes, de Miloš Obilić à Aleksandar Vučić

| |

La Serbie regarde vers l’Europe. En théorie. Parce qu’en réalité, les gouvernants continuent à exploiter le filon des mythes nationalistes, à commencer par celui du Kosovo. L’anthropologue Ivan Čolović décrypte cette apparente schizophrénie de la Serbie et de ses dirigeants. Entretien.

Propos recueillis par Katarina Živanović Ivan Čolović est anthropologue et éditeur. Il a créé et dirige la collection Biblioteka XX Veka. Katarina Živanović (K. Ž.) : L’industrie de l’armement serbe baptise ses modèles d’armes et ses véhicules du noms de héros de la mythologie nationale, de la bataille du Kosovo. Quel message portent les chars nommés « Miloš », « Lazar », ou les lance-roquettes « Jerina » et « Aleksandar » ? Ivan Čolović (I. Č.) : Vous devez savoir comme moi qu’il est courant de donner aux bateaux de guerre des noms de héros nationaux. On peut aussi nommer des armes, comme les lance-roquettes soviétiques que l’on avait coutume (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous