Gaz et pétrole : la Croatie et la Serbie en procédure de divorce énergétique

| |

La guerre en Ukraine accélère le divorce entre les marchés croate et serbe du gaz et du pétrole. Tandis que Belgrade va devoir apprendre à se passer des importations russes, la Croatie mise sur l’oléoduc adriatique Janaf et le terminal méthanier de Krk, rêvant de devenir un hub énergétique régional.

Traduit par Chloé Billon (article original) Mais ce ne sont encore que des châteaux en Espagne. Or, l’hiver arrive et s’annonce dur pour les pays européens : depuis qu’ils se sont privés des approvisionnements russes, ils ne sont pas sûrs d’avoir suffisamment d’électricité, sans parler de pétrole et de gaz. Même les pays baltes, qui ont pourtant été les premiers en UE à mettre en place un embargo sur les énergies russes, commencent à redouter de rester dans le noir cet hiver si jamais la Russie décidait de les débrancher du réseau électrique qu’ils ont encore en commun. Ils ont rejoint les rangs des États membres de l’UE qui réclament la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous