Enfer du jeu en Serbie : les lycéens dans les griffes des bookmakers

| |

Novi Sad compte 130 casinos, un pour 1700 habitants. La Serbie arrive même en tête du classement européen de la densité de ces établissements par nombre d’habitants, et les jeunes de 18 à 25 ans sont leurs premiers clients... Au risque de plonger dans la spirale de la dépendance et de l’endettement. Enquête.

Traduit et adapté par Nikola Radić (article original) Novi Sad est cette année Capitale européenne de la culture. La ville compte trois théâtres, huit centres culturels... et des dizaines de bookmakers. De nouveaux casinos poussent même chaque jour comme des champignons. Les mineurs, à qui l’entrée de ces établissements est interdite, s’installent sur les terrasses des agences de paris qui servent des boissons bon marché et dépensent leur argent de poche pour jouer à la roulette ou aux machines à sous. Selon les données que Voice Srbija a obtenues de l’Agence des registres du commerce, rien qu’à Novi Sad, 131 bookmakers ont été recensés. Or, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous