Croatie : « les fossoyeurs de la culture font leur travail en toute impunité »

| |

Les groupes radicaux de vétérans de guerre attaquent la dernière pièce d’Oliver Frljić avec la bénédiction de l’épiscopat catholique, la réhabilitation des oustachis bat son plein, le ministère de la Culture coupe les subventions aux festivals critiques... Est-il encore temps de sauver la culture croate ? L’analyse sans langue de bois de l’écrivain et journaliste Emir Imamović « Pirke ».

Propos recueillis par Mirjana Rakela Radio Slobodna Evropa (RSE) : Des représentations théâtrales et des livres « indécents », des sites d’information et des festivals « malséants », des directeurs d’institutions culturelles « inconvenants »… Les vétérans de guerre et les évêques se piquent de savoir mieux que les autres ce que doit être la culture croate. Y a-t-il encore un remède pour la sauver ? Emir Imamović (E.I.) : Bien sûr que oui ! Le remède, ce serait que les hommes politiques au pouvoir n’écoutent pas plus les évêques que les associations de vétérans, mais qu’ils assument les fonctions pour lesquelles ils ont été élus. Rappelez-vous donc (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous