« Eleonora non grata » : l’ambassadrice de Russie qui divise la Bulgarie

| |

La Bulgarie a expulsé 70 diplomates russes soupçonnés d’espionnage, mais pas l’ambassadrice Eleonora Mitrofanova, pourtant surnommée « Eleonora non grata » par la presse libérale de Sofia... Adepte des phrases-choc, celle-ci a aussi son fan club. Décryptage.

Par Alexandre Lévy Les 70 diplomates russes déclarés personae non gratae par le gouvernement technique du pro-occidental de Kiril Pekov, ont bien quitté le sol bulgare dimanche 3 juillet, malgré les menaces avancées par Moscou d’une fermeture réciproque des ambassades voire, à terme, d’une rupture des relations diplomatique. Ces diplomates et employés consulaires ont embarqué, sous les yeux des caméras, dans deux avions spécialement affrétés par le Kremlin, qui avaient reçu une autorisation exceptionnelle de survol du territoire européen. En tout, avec les familles, quelque 180 Russes ont dit adieu à la Bulgarie, a expliqué sur le tarmac de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous