Présidentielle : une Moldavie coupée en deux

| |

Fake news, attaques personnelles et absence de débat direct, c’est une campagne violente qui s’achève en Moldavie. Le second tour de la présidentielle oppose le sortant pro-russe Igor Dodon et l’ancienne Première ministre Maia Sandu, pro-européenne. Très incertaine, l’issue dépendra du vote de la diaspora et des électeurs de Renato Usatîi, arrivé en troisième position le 1er novembre.

Par Aliona Ciurcă Lors du premier tour, le 1er novembre, la candidate pro-européenne Maia Sandu avait créé la surprise, arrivant en tête, avec 36,16%, près de quatre point de plus que le favori, le sortant pro-russe Igor Dodon (32,61%), qui brigue un nouveau mandat. Toutefois, la réserve de voix de Maia Sandu apparaît mince pour l’emporter. Surtout, elle doit faire face au feu nourri de son adversaire, qui multiplie les attaques, lui qui avait pourtant pris soin, jusque là, d’éviter tout débat avec les autres candidats. Aujourd’hui, c’est Maia Sandu, qui les refuse. « Igor Dodon ne fait que lancer trois autres mensonges à chaque phrase. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous